Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé, le 14 juin, avoir donné son accord de principe pour l’octroi d’un nouveau prêt pouvant aller jusqu’à 4,5 milliards de dollars, à l’Angola afin d’aider ce pays à faire face à l’effondrement des cours du pétrole.

«L’Angola peut recevoir un maximum de  4,5 milliards de dollars (…) Ce prêt pourra être remboursé en moins de dix ans», a déclaré Ricardo Velloso (photo), le chef de la délégation du FMI qui séjourné pendant deux semaines à Luanda.

«Le gouvernement avait formulé cette demande d’aide alors que les cours du pétrole étaient au plus bas. Entretemps, les prix du pétrole sont légèrement remontés et le gouvernement devra confirmer s’il a vraiment besoin de cette aide», a-t-il cependant indiqué.

L’Angola a réalisé une croissance économique rapide depuis la fin de la guerre civile en 2002, mais la forte chute des cours de brut a été à l’origine d’une dégradation des comptes publics du pays et d’une forte  dépréciation du kwanza, la monnaie nationale.

L’or noir représente 40 % du produit intérieur brut (PIB) du pays, mais près de 70 % de ses recettes fiscales et plus de 95 % de ses entrées en devises.

M. Velloso a, par ailleurs, estimé que les perspectives pour 2016 restent difficiles, soulignant la nécessité d’«ajuster les politiques économiques pour adapter l’économie nationale à la nouvelle situation du marché pétrolier». Il a aussi recommandé aux autorités angolaises de permettre au secteur privé de tirer la croissance économique et de créer un environnement plus favorable à l’investissement, tout en améliorant l’efficacité et la transparence des dépenses publiques.

 

 

Agence Ecofin

Articles similaires