Au lieu des 1,2 milliard de dollars finalement escomptés (au départ, on était à 1,5 milliards de dollars) au sortir de la première émission d’euro-obligations que vient d’effectuer l’État camerounais sur le marché international des capitaux, le pays n’a réussi à récolter que 750 millions de dollars (environ 375 milliards de francs Cfa, avec un dollar égal à 500 Fcfa).

C’est du moins ce que révèle l’ingénieur financier camerounais Babissakana, citant l’agence Bloomberg dans une lettre ouverte adressée ce 25 novembre 2015 au ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey, pour s’indigner de cet «échec» enregistré par le trésor public camerounais pour son premier essai sur le marché international.

Sur le site de Bloomberg, en effet, dans un article publié le 13 novembre 2015 et intitulé «les investisseurs boudent l’eurobond inaugural du Cameroun», Lyubov Pronina annonce que le premier emprunt obligataire à l’international du Cameroun n’a été souscrit qu’à environ 50%, le pays n’ayant réussi à lever que 750 millions de dollars sur une émission de 1,2 millions de dollars (600 milliards de francs Cfa). Le site spécialisé Global Capital, lui, avait annoncé un taux de souscription de 98% il y a quelques jours.

Si elles sont opposées sur le taux de souscription et par conséquent l’enveloppe récoltée au final par l’Etat camerounais, les deux sources font chorus sur le taux d’intérêt servi par le Cameroun pour cet eurobond inaugural : 9,75%. Ce taux d’intérêt, souligne Bloomberg, annihile les objectifs de rendement que s’était fixé l’État du Cameroun pour cette opération. Cette agence spécialisée souligne par ailleurs l’indisponibilité du ministre camerounais des Finances à délivrer un commentaire sur cette opération loin d’être un coup de maître.

Surplace au Cameroun, le mystère continue d’entourer cette émission d’eurobond. Aucune information officielle ne filtre. Au ministère des Finances, c’est motus et bouche cousue. A l’Assemblée nationale, où est actuellement examiné le budget 2016 dont une partie des recettes proviendra de cet eurobond, l’on attend impatiemment le passage du ministre des Finances devant les membres de la commission des Finances ce 25 novembre, avec l’espoir d’avoir quelques éclairages sur l’issue de cet eurobond crucial pour la réussite du plan d’urgence gouvernemental triennal 2015-2017, dont les besoins de financements sont estimés à 925 milliards de francs Cfa.

 

BRM

 

Articles similaires