En marge des négociations qui ont lieu à la COP 21, les États et les investisseurs privés se mobilisent déjà pour apporter leur contribution à l’atteinte des différents objectifs visés. Ainsi, hier ont eu lieu les lancements de l’Alliance solaire internationale, de Mission Innovation et de Breakthrough Energy Coalition, autant d’initiatives qui visent à promouvoir l’utilisation de technologies propres, dans le secteur énergétique notamment.

 

Porté par le Premier ministre indien Narenda Modi et le président français François Hollande, l’Alliance solaire internationale est une initiative qui vise à soutenir la centaine de pays dotés d’un potentiel en énergie solaire à travers le monde. Elle a pour principal objectif la promotion d’une collaboration entre les pays industrialisés qui disposent des technologies de développement de l’énergie solaire et des capacités de financement et les pays en voie de développement. « Il y aura plus de 1200 milliards de dollars d’investissement d’ici 2030 dans le cadre de l’effort de réduction des gaz à effet de serre. Nous devons faire en sorte qu’une partie de ces investissements aillent vers le solaire.» a déclaré François Hollande lors du lancement.

 

Mission Innovation est une initiative à laquelle prennent part une vingtaine de pays industrialisés. Ces derniers se sont engagés à doubler d’ici cinq ans la part de leur budget alloué à la recherche et au développement des technologies vertes afin de rendre possible leur commercialisation à une grande échelle. La France, pour sa part, a déjà annoncé que « ces investissements complémentaires se concentreront sur les énergies renouvelables et leur stockage, les technologies de captage et de stockage de CO2 et les innovations permettant une meilleure maîtrise des usages et de la demande énergétique.».

 

Les investisseurs privés ne comptent pas non plus rester en marge de l’effort collectif qui devra être fait. Le milliardaire américain Bill Gates (photo) a en effet fédéré autour de lui 26 de ses paires dans le cadre d’une initiative dénommée Breaktrough Energy. Son concitoyen Mark Zuckergberg, le Britannique Richard Branson, le Chinois Jack Ma et l’Indien Ratan Tata sont quelques-unes des grandes fortunes qui se sont engagées à « investir dans les entreprises émergentes qui ont le potentiel de créer un avenir énergétique à émission de carbone quasi nulles apportant une énergie fiable et abordable à tout un chacun.». Avec cet engagement, ces investisseurs comptent appuyer les investissements publics qui sont selon eux, trop bas pour relever les défis auxquels ils sont confrontés. Même s’ils ne révèlent pas encore le montant de ces investissements, ils promettent « un apport sans précédent de capitaux privés dans les pays qui ont rejoint l’initiative.»

 

 

Agence Ecofin

Articles similaires