Lors du mini-sommet organisé avec les pays africains dans le cadre de la conférence sur le climat qui se tient à Paris, la France s’est engagé à mettre à disposition du continent 2 milliards d’euros qui permettront aux différents pays de lutter contre le réchauffement climatique.

 

Par ce geste, l’hexagone entend rassurer les pays africains qui avaient jugé sa contribution insuffisante lors des travaux préparatoires de la conférence. « Nous avons une dette écologique à l’égard du contient. Cette dette, le monde doit la régler.» a affirmé François Hollande, le président français.

 

Ce montant représente une augmentation de 50% des engagements français vis-à-vis du continent dans le secteur énergétique sur les cinq dernières années. Si la part qui sera réservée aux prêts et aux dons n’est pas encore définie, il est sûr que ces financements seront débloqués avant 2020 qui est la date prévue pour la mise à disposition du financement du climat par les pays développés et la moitié, soit 1 milliard d’euros sera consacrée aux mesures d’adaptation. En outre, certains projets bénéficiaires de ce financement ont déjà été révélés.

 

Ainsi, de 2016 à 2017, le Mali, le Tchad, le Niger et la Mauritanie obtiendront un appui pour la réalisation de projets d’irrigation.

 

Le Mali et le Sénégal recevront en outre une aide pour mettre en place respectivement un barrage hydroélectrique et une centrale solaire.

 

La lutte contre la désertification à travers la plantation d’arbres et la restauration des terres arables sont autant de projets déjà désignés pour être financés.

 

 

Gwladys Johnson – Agence Ecofin

Articles similaires