L’industrie automobile marocaine a pour objectif d’atteindre 100 milliards de dirhams (101,4 milliards $) d’exportation à l’horizon 2020. C’est ce qu’a déclaré le Président de l’Association marocaine pour l’industrie et le commerce de l’automobile (AMICA), M. Hakim Abdelmoumen, le 25 juillet 2016.

 

Intervenant à Casablanca, lors d’une conférence-débat initiée par l’hebdomadaire économique marocain La Vie éco, sous le thème « L’industrie automobile une nouvelle locomotive de l’économie nationale », Hakim Abdelmoumen a dressé un tableau édifiant de ce secteur.

 

Selon le Président de l’AMICA, l’industrie automobile au Maroc arrive actuellement en tête des secteurs exportateurs avec 50 milliards de dirhams (5 milliards $) en 2015. Celle-ci enregistrant une croissance annuelle de 25%.

 

A cet effet, le secteur peut même constituer une locomotive de l’économie marocaine, vu qu’il est étroitement lié à d’autres industries comme le plastique, le textile, le câblage, l’électrique, et autres, a-t-il fait remarqué. Ce qui lui permet d’espérer créer un total de 175 000 emplois à l’horizon 2020.

 

D’après un rapport du ministère marocain de l’économie et des finances publié en mars 2015, le Maroc se positionne comme le deuxième producteur de véhicules en Afrique, après l’Afrique du Sud. Avec une part de marché avoisinant les 35%, pour une production dépassant 227 570 véhicules en 2014, essentiellement tirée par le développement de l’activité du complexe industriel de Renault Tanger.

 

Le secteur automobile marocain compte également plus de 152 entreprises liées à cette activité, réparties principalement sur trois grandes régions du territoire : Tanger (43%), Casablanca (39%) et Kenitra (7%).

 

 

Agence Ecofin

 

Articles similaires