La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé, dans un communiqué publié lé 14 décembre, avoir émis avec succès 500 millions de dollars d’obligations vertes d’une maturité de 3 ans à Londres.

Le prix de l’émission lancée le 9 décembre a été fixé à autour du taux mid-swap plus 14 points de base.

 

Destinées à financer des projets d’atténuation et d’adaptation au changement climatique en Afrique tels que la production des énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et le transport à faible teneur de carbone, les nouvelles obligations vertes de la BAD ont suscité un grand intérêt auprès des investisseurs. Les banques chefs de file de l’opération (Barclays, Crédit Agricole CIB et Deutsche Bank) ont officiellement ouvert les livres d’ordres à 8 h matin à Londres. Les commandes ont dépassé les 500 millions de dollars à 11 h, et les livres ont été définitivement clos autour de 14 h 30, heure de Londres, avec des ordres dépassant les 600 millions de dollars.

 

L’émission a été placée auprès de 32 investisseurs, dont les fonds AP2, BlackRock, Raiffeisen Capital Management et Zürcher Kantonalbank Asset Management.

 

La ventilation par type d’investisseurs était la suivante : 39% pour les banques centrales et les institutions officielles, 34% pour les gestionnaires d’actifs, 25% pour les fonds de pension et les compagnies d’assurances et 3% pour les banques privées.

 

En ce qui concerne la répartition géographique, 53 % des obligations ont été placées auprès d’investisseurs originaires des Amériques, contre 24 % pour la région Europe, 14% pour l’Asie et 10 % pour l’Afrique.

 

La BAD est notée triple «A» par Standard & Poor’s, Moody’s et Fitch, avec des perspectives stables.

 

 

Source Agence Ecofin

Articles similaires