Le montant n’est pas encore connu, mais la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) qui couvre l’ensemble des pays de l’UEMOA (Bénin Burkina-Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Guinée Bissau, Niger et Togo) a débuté lundi 18 janvier 2016 à Londres, une rencontre avec des investisseurs, en vue de mobiliser des ressources sur le marché des obligations internationales, a appris Ecofin de sources très crédibles.

 

BNP Paribas, JP Morgan, Deutsche Bank et le groupe sud-africain Standard Bank sont les arrangeurs de cette opération, dont le roadshow qui se poursuit ce mardi en Grande Bretagne, va continuer de mercredi à vendredi aux USA. Même si l’année 2015 s’est achevée sur des conditions particulièrement difficiles pour les emprunts souverains africains, le parcours de la BOAD sur ce terrain sera intéressant à suivre.

 

Le recours à l’eurobond pour une banque de développement sous régionale est une première en Afrique subsaharienne. Les seules institutions d’envergure comparable, ayant expérimenté ce mécanisme, ont un profil différent. On retrouve dans ce régistre Africa Finance  Corporation qui a mobilisé 750 millions au taux de 4,37% jusqu’en 2020, et d’Afrexim Bank qui avait mobilisé 700 millions $ au taux de 4,75% jusqu’en 2019.

 

Au mois de juin 2015, l’agence de notation  Fitch Ratings a attribué à la BOAD la note « BBB », assortie de perspectives stables, pour ses émissions de long terme, prenant en compte l’important soutien dont elle bénéficie de la part de l’ensemble de ses actionnaires, que sont les huit États-membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (49 %), la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (45%) et des actionnaires non-régionaux (6 %). Avant Fitch, l’agence Moody’s avait déjà donné une note de même niveau au mois de mai 2015, lui attribuant un Baa1 pour ses emprunts en devises et en monnaie locale, assorti aussi d’une perspective stable.

 

Certaines hypothèses suggèrent que la BOAD se lance sur le marché des obligations internationales pour se substituer à ses États-membres, principaux bénéficiaire de ses prêts, et pour qui cet espace est devenu plus compliqué. Les produits de son eurobond, rapprocheront l’institution de son objectif d’octroyer 1523,3 milliards de FCFA de prêts à court et à moyen terme au sein de l’UEMOA, sur la période 2015-2019.

 

Idriss Linge

Articles similaires