La corruption pourrait coûter au Nigeria jusqu’à 37% de son PIB d’ici 2030 si aucune stratégie de lutte contre ce fléau n’est mise en œuvre, selon une étude  publiée début février par le cabinet d’audit et de conseil PricewaterhouseCoopers(PwC).

 

Pour mesurer l’impact de la corruption sur le PIB du Nigeria, l’étude s’est basée sur des scénarios selon lesquels le pays le plus peuplé d’Afrique rattrapera le scores de trois pays bien déterminés dans l’indice de perception de la corruption de l’ONG Transparency International dans les 5 ans qui suivent la mise en œuvre d’une bonne stratégie de lutte contre la corruption. Ces trois pays sont le Ghana, la Colombie et la Malaise. Ils ont la particularité de tirer une bonne proportion de leur PIB des ressources naturelles, d’être mieux classés que le Nigeria dans l’indice de perception de la corruption et d’avoir adopté des stratégies de lutte contre la corruption qui ont abouti à de bons résultats.

 

Les auteurs de l’étude ont par la suite mesuré les gains issus des niveaux inférieurs de corruption simulés pendant 10 ans en se basant sur les conclusions d’une étude du Fonds monétaire international (FMI) qui estime que le gain d’un point dans l’indice de perception de la corruption se traduit par 1,2 point de pourcentage supplémentaire de croissance.

 

Ainsi, si le Nigeria parvient à rattraper le score de la Malaisie dans l’indice de perception de la corruption, son PIB  atteindra 1991 milliards de dollars en 2030 contre 1457 milliards  à la même date en cas d’absence d’efforts en matière de lutte la corruption, ce qui représente un gain de 534 milliards de dollars, soit 37%.

 

Au cas où le premier producteur de brut en Afrique parvient à réduire la corruption aux mêmes niveaux que ceux du Ghana, son PIB se situera à 1783  milliards de dollars en 2030 contre 1457 milliards si aucun effort n’est déployé pour combattre la corruption, ce qui représente un gain de 327 milliards de dollars ou de 22%.

 

Enfin, si le Nigeria arrive à figurer au même rang que la Colombie dans l’indice de perception de la corruption, son PIB s’établira à 1726  milliards de dollars en 2030 contre 1457 milliards en cas d’absence d’efforts en matière de lutte la corruption, ce qui représente un gain de 270 milliards de dollars ou de 19%.

 

PwC s’attend, par ailleurs, à ce que le manque à gagner lié à la corruption passe de 1000 dollars par personne en 2014 à 2000 dollars par personne en 2030, soit un montant susceptible d’améliorer sensiblement le niveau de vie de la majeure partie des citoyens nigérians.

 

 

Agence Ecofin

 

Articles similaires