Le cours des matières premières devraient plonger de 18 % en moyenne en 2016 en raison notamment des excédents de production, selon un rapport publié le 27 janvier par le cabinet d’étude Cyclope.

 

La baisse sera ainsi moins sévère que celle enregistrée en 2015 (environ -38%), a ajouté le cabinet spécialisé dans l’analyse des marchés mondiaux de matières premières, fondé par Philippe Chalmin (photo), professeur à l’Université de Paris-Dauphine.

 

Cette année, les plus fortes baisses concerneront le fer (-28%), le soja (-26%), le Brent (-25%) et le charbon (-20%). Les baisses se liront aussi à deux chiffres pour le zinc, le nickel, le maïs ou encore le soja.

 

S’agissant du pétrole, dont les cours ont dévissé en moyenne de 46% pour le Brent et de 47% pour le WTI entre 2014 et 2015, Philippe Chalmin juge d’ailleurs le consensus d’analystes trop optimiste. Pour sa part, il ne voit pas le baril de la Mer du nord dépasser les 40 dollars en moyenne sur 2016.

 

M. Chalmin estime que la déprime des cours des matières premières tient essentiellement au fait que les  marchés sont et vont rester excédentaires. Il évoque dans ce cadre l’arrivée de «productions fatales», avec les investissements réalisés entre 2007 et 2012 qui commencent à se matérialiser.

 

Le fondateur de Cyclope pense, par ailleurs, que cette situation d’affaiblissement des cours des matières premières devrait durer plusieurs années. «On entre dans une période de prix déprimés qui pourrait durer jusqu’à la fin de la décennie, voire au-delà. Nous sortirons de cette phase assez longue de prix déprimés lorsqu’il y aura un ajustement de l’offre et de la demande.», affirme-t-il.

 

 

Agence Ecofin

 

Articles similaires