Ce lundi 4 janvier 2016 est entrée en vigueur, au Nigéria, la règlementation bancaire supprimant le prélèvement des commissions sur les transactions bancaires. Cette étape est l’ultime évolution d’un processus de réduction de frais pour les clients des établissements de crédit, qui a débuté depuis mars 2013 et a évolué dans le cadre d’une réduction progressive.

 

Sur son site internet, la Banque Centrale du Nigéria (CBN) a indiqué que la mesure était définitive et elle a invité toutes les banques à s’y conformer. Selon des experts nigérians proches de ce secteur, la nouvelle situation aura pour conséquence principale, de supprimer près de 100 milliards de nairas (500 millions $) sur les 550 milliards de nairas en moyenne de revenus générés par les 21 banques qui opèrent au sein de la première économie d’Afrique.

 

Techniquement, le Produit Net Bancaire au Nigéria se constitue à 70% des revenus d’intérêts et à 30% des revenus de frais et commissions. Dans ce dernier segment, les commissions constituaient 60% des ressources. La CBN justifie son initiative, par la volonté de relancer le marché du prêt bancaire, ainsi ce que celle de le rendre plus compétitif, avec à la clé, des réductions des taux offerts sur les prêts à l’économie.

 

Le régulateur nigérian s’attend par ailleurs, à voir la mesure inciter les banques à investir sur de nouveaux segments du marché, notamment dans les zones rurales où le taux de bancarisation est encore faible. A contrario, il sera intéressant de suivre la performance du sous-secteur des banques sur le Nigeria Stock Exchange.

 

Rappelons que le secteur financier, qui englobe les banques, a été le plus dynamique du Nigeria Stock Exchange au cours de l’année 2015, avec près de 80% des transactions effectuées sur leurs titres. Pour ce lundi 4 janvier, cependant, l’indice des banques sur le marché financier nigérian a affiché une faible progression (+0,1%) au terme de la journée des activités boursières.

 

 

Idriss Linge – Agence Ecofin

Articles similaires