Selon les indicateurs préliminaires publiés par l’Office des changes du Maroc, le déficit de la balance commerciale du pays s’est aggravé de 21,7% à fin février 2017 pour s’établir à 26,71 milliards de dirhams (environ 2,6 milliards $), contre 21,95 milliards de dirhams (environ 2,2 milliards $) en 2016 à la même date. Soit une hausse de 4,7 milliards de dirhams (environ 471 millions $).

Cette aggravation du déficit de la balance commerciale du Maroc résulte d’une augmentation des importations de 8,9% à 64,85 milliards de dirhams (environ 9,2 milliards $), bien plus importante que celle des exportations de +1,5% à 38,14 milliards de dirhams (environ 3,8 milliards $). Le taux de couverture des importations par les exportations se situant ainsi à 58,8% à fin février 2017, contre 63,1% sur la même période en 2016.

La hausse des importations du Maroc provient essentiellement des produits énergétiques (+53,4%), de produits bruts (+21,5%), de produits finis de consommation (+1,2%) et de biens d’équipements (+11,8%).

Quant aux exportations, elles sont marquées par l’augmentation des ventes dans de nombreux secteurs, tel que celui des phosphates et dérivés (+9,7%), de l’électronique (+6,2%), de l’aéronautique (+53,3%) et de l’industrie pharmaceutique (+7,6%).

Toutefois, l’Office des changes du Maroc fait remarquer que certains secteurs ont enregistré une baisse. Il s’agit notamment de l’agriculture et l’agro-alimentaire (-1,2%), l’automobile (-6,4%), et du textile et cuir (-3,6%).

A noter qu’en 2016, la balance commerciale du Maroc a enregistré un déficit de 184,38 milliards de dirhams (environ 18,4 milliards $). Ce qui représente une hausse de 19,6% par rapport à 2015, où ce déficit avait atteint son niveau le plus bas depuis dix ans, pour se situer à 152,27 milliards de dirhams (environ 15,1 milliards $).

B.K – Agence Ecofin

Articles similaires