Chariot Oil & Gas Ltd a annoncé dans un communiqué publié jeudi, ne pas vouloir renouveler sa licence d’exploration du bloc C-19, situé au large des côtes mauritaniennes.

 

La société vient en effet de se faire attribuer, par le gouvernement marocain, 75% des permis d’exploration offshore Mohammedia 1 à 3, au Maroc, et le statut d’opérateur. Elle cherche, à travers son retrait du bloc C-19 à consacrer toutes ses énergies à son nouvel actif marocain qui couvre une superficie d’environ 4 600 km2.

 

Sur le bloc C-19, Chariot a effectué des relevés sismiques 3D et entrepris un vaste programme de réexamen des données 2D existantes ainsi que le carottage des fonds marins pour permettre une analyse intégrée et l’évaluation du potentiel en hydrocarbures du bloc ; ce qui a attiré l’attention de l’industrie. Des discussions avec certains acteurs majeurs ont démarré, mais n’ont pas abouti dans les délais prévus. Chariot qui considère que le bloc regorge d’un fort potentiel, explique cependant que cette décision a été prise en conformité avec la stratégie de la société de prendre peu de risques et de se concentrer sur la gestion des portefeuilles à travers une certaine discipline budgétaire.

 

«Cette décision s’explique par notre volonté d’investir dans les meilleures opportunités. Bien que nous ayons échoué à attirer des investissements pour le développement du bloc C-19, nous avons substantiellement atteint notre ambition d’exploration à coût zéro sur cette licence. Ceci étant, il est important pour la société de maintenir la discipline dans la gestion du risque, la répartition du capital et le développement des actifs susceptibles de donner lieu à des possibilités de forage. Nous tenons à remercier nos partenaires pour leur soutien dans le cadre de la campagne d’exploration, et en particulier le ministère des Mines et de l’énergie pour avoir facilité nos efforts de progrès sur cette licence », a commenté Larry Bottomley, le directeur exécutif de Chariot.

 

Chariot Oil & Gas Ltd détenait 55% d’intérêts dans la licence C-19, contre 35% pour Cairn Energy et 10% pour la Société Mauritanienne des Hydrocarbures et de Patrimoine Minier (SMHPM).

 

 

Olivier de Souza

 

Articles similaires