Les mesures de politiques publiques et de réglementation en faveur de la finance verte ont doublé au cours des cinq dernières années, selon le rapport « The financial system we need : from momentum to transformation.» publié par l’initiative Inquiry into Design of a Substainable Financial system du Fonds des Nations unies pour l’environnement.

L’initiative a, en effet, recensé 217 initiatives réparties dans 60 pays. Les initiatives des pays en développement et ceux émergents sont principalement axées sur le système bancaire qui devrait abriter 70% des solutions prévues. Les pays développés, quant à eux, se sont appuyés sur les investisseurs institutionnels qui devraient mettre en œuvre 92% des mesures.

Sur le marché financier, les Green Bonds connaissent un succès croissant, avec un total de 51,4 milliards $ déjà émis au cours de l’année 2016. Ce volume dépasse, d’ores et déjà, le record de 41,8 milliards $, établi en 2015, bien loin des 11 milliards $ enregistrés en 2013.

Cette mobilisation en faveur de la finance verte devrait s’accentuer et s’accélérer au cours des prochaines années, puisque plusieurs des acteurs majeurs, jusque-là en retrait, sont entrés dans la danse. Le G20 a, en effet, lors de son dernier sommet, exprimé son engagement sur le sujet. « Nous pensons que des efforts pourraient être déployés pour mettre en place des signaux et des cadres d’actions stratégiques clairs, promouvoir des principes volontaires sur les financements verts, soutenir le développement des marchés locaux pour l’émission d’obligations vertes, promouvoir la coopération internationale pour faciliter les investissements transfrontaliers en obligations vertes, encourager et faciliter le partage d’informations sur les risques environnementaux et financiers et améliorer la mesure des activités liées aux financements verts et de leurs impacts.», peut-on lire dans le communiqué final du sommet.

Selon les auteurs du rapport, des efforts supplémentaires doivent cependant être faits afin d’atteindre les objectifs climatiques. « Nous avons émis des recommandations pour accélérer la conversion des plus de 300 000 milliards $ d’actifs du système financier, détenus par les banques, les marchés financiers et les investisseurs institutionnels, en flux financiers durables. L’argent n’est pas le problème, le problème, c’est son allocation.», a affirmé Erik Solkeim, le directeur du Fonds des Nations unies pour l’environnement.

Gwladys Johnson – Agence Ecofin

Articles similaires