La banque d’investissement américaine Morgan Stanley a estimé, le 11 janvier, que le prix du baril pourrait tomber à 20 dollars en raison de l’appréciation prévisible du dollar américain.

 

«Compte tenu de l’appréciation continue du dollar américain, un scénario avec des prix du pétrole de 20 à 25$ est possible simplement à cause de la monnaie», ont écrit les analystes de la banque dans une note de recherche, justifiant cette hypothèse par l’étroite corrélation entre les cours de l’or noir et le billet vert. Selon eux, le prix du pétrole pourrait encore céder d’entre 10 et 25% si le dollar venait à s’apprécier de 5%.

 

Morgan Stanley note, d’autre part, que la surabondance de la production n’est pas la principale cause du plongeon des cours de brut. «Le pétrole dans la zone des 20 dollar est possible, mais pas pour les raisons souvent citées. Une surabondance de l’offre mondiale pourrait mener vers des prix du pétrole sous la barre de 60  dollars le baril, mais l’écart entre 35 dollars et 55 dollars s’explique par le dollar américain», souligne la banque.

 

Les cours du pétrole ont sont tombés le 11 janvier à leur plus bas niveau depuis décembre 2003 à New York. Le cours du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en février a perdu 1,75 dollar à 31,41 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), soit son plus bas niveau de clôture depuis plus de douze ans, après avoir déjà chuté de plus de 10% la semaine précédente.

 

Ce déclin est avant tout lié aux inquiétudes sur l’état de santé de l’économie chinoise. Après un plongeon la semaine précédente, la Bourse de Shanghai a encore dégringolé de plus de 5%, lundi, dans un contexte d’inquiétudes sur la morosité de l’économie chinoise, première importatrice mondiale de pétrole, et de doutes sur l’efficacité des politiques de redressement menées par Pékin.

 

 

Source : Agence Ecofin

Articles similaires