L’Agence de notation américaine Standard & Poors a revu à la baisse la note du risque de contrepartie de Skye Bank. Sa nouvelle analyse publiée le 12 juillet 2016 enfonce le groupe bancaire nigérian dans la catégorie extrêmement spéculative (CCC+) sur le long terme et C sur le court terme. Cette évolution des choses est intervenue après que l’intervention de la banque centrale nigériane ait mis en évidence le fait que la banque ne respectait plus ses ratios de créances douteuses.

 

Dans ce contexte, le conseil d’administration de Skye Bank et ses principaux dirigeants ont été révoqués, mais il n’existe actuellement aucun plan clair qui expliquerait comment la banque va surmonter cette difficulté.

 

La situation, selon Standard & Poors, devrait accroître l’incapacité pour la banque, de payer sa dette de court terme et, dès lors, elle devrait se trouver en situation de défaut dans les six prochains mois.

 

Les observateurs craignent désormais un effet domino dans le système financier nigérian. Au mois de mars 2016, S&P a émis des perspectives négatives sur six autres banques nigérianes.

 

Les opinions sont pourtant assez partagées localement. Certains pensent que le régulateur aurait dû être plus accommodant à l’endroit du secteur qui a fait face à de gros vents contraires. D’autre saluent la décision de la Banque centrale, qui est venue mettre de l’ordre dans le secteur.

 

Sur le Nigeria Stock Exchange où le groupe est coté, les investisseurs n’ont pss attendu d’en savoir plus, et l’action Skye Bank a perdu 72% depuis son pic des 12 derniers mois,  atteint le 1er septembre 2015 (2,67 nairas). Ce mercredi 13 juillet, il se négociait à 70 kobos (0,7 nairas), après avoir perdu près de 30% depuis lundi. Ce niveau de cours est aussi son plus bas depuis 2006, selon des données fournis par le terminal de Bloomberg.

 

 

Idriss Linge – Agence Ecofin

 

Articles similaires