« C’est avec un grand honneur que je déclare l’ouverture de la COP 22. » C’est par ces mots, que Ségolène Royal, la ministre française de l’environnement, a ouvert à Marrakech, ce 7 novembre 2016, la 22ème Conférence des Parties sur le climat (COP 22). Celle qui était, jusque-là, la présidente de la COP a ensuite passé le témoin à Salaheddine Mezouar (photo), le ministre marocain des affaires étrangères et de la coopération, qui assurera désormais la présidence de ces assises.

« Le monde entier nous regarde à Marrakech pour montrer l’engagement et l’action dans la lutte contre le changement climatique. Paris a donné un engagement mondial pour la lutte contre le changement climatique et Marrakech nous donnera une ambition climatique plus grande. Nous devons tous relever le défi pour soutenir les pays les plus vulnérables dans la lutte contre le changement climatique », a déclaré le nouveau président dans son allocution.

L’objectif de ces assises qui débutent, quelques jours après l’entrée en vigueur de l’Accord de paris sur le climat, est d’entamer significativement la réalisation de la feuille de route devant permettre l’atteinte des objectifs contenus dans cet accord. Selon M. Mezouar, l’objectif principal, au cours des 11 jours de concertation qui débutent, est « de parvenir à des engagements concrets, de la part, aussi bien des Etats que de la société civile, en particulier dans les domaines de la finance climat et de l’adaptation ».

« La COP 22 à Marrakech est le moment de renforcer l’action climatique des gouvernements et de la société civile », a déclaré, pour sa part, Patricia Espinosa, la secrétaire exécutive de la convention cadre des Nations Unies pour la lutte contre le réchauffement climatique (CCNUCC).

Cette 22ème COP connaît la participation de 20 000 délégués envoyés par les 192 parties, 30 000 représentants de la société civile, plus de 40 Chefs d’Etat et 30 Chefs de gouvernement.

Gwladys Johnson – Agence Ecofin

Articles similaires