La Banque mondiale (BM) a suspendu sa contribution financière d’un montant de 73,1 millions $ dans le cadre de son assistance technique portant sur le développement du projet de barrage hydroélectrique Inga III Basse-Chute (BC) et de quelques autres sites de taille moyenne en République démocratique du Congo (RDC). « Cette suspension fait suite à la décision du gouvernement de la RDC de donner au projet une orientation stratégique différente de celle qui avait été convenue en 2014 entre le gouvernement et la Banque mondiale » annonce un communiqué de l’institution de Bretton Woods, sans donner plus de précisions.

 

Ce barrage hydroélectrique géant a pour ambition de fournir de l’électricité à plusieurs pays africains, dont l’Afrique du Sud. Son coût total de construction est estimé à 12 milliards $. En mars 2014, la Banque mondiale avait approuvé un financement de 73,1 millions $ à la RDC dont 47,5 millions destinés au projet Inga III (BC) et les 25,6 millions restants au soutien de projets électriques de taille moyenne.

 

Si ce projet venait à être réalisé, le site d’Inga, composé de Inga I, II et III, auquel s’ajoutera plus tard une 4eme phase baptisée « Le Grand Inga », pourrait fournir au final jusqu’à 40 000 MW, soit l’équivalent de 24 réacteurs nucléaires de troisième génération.

 

Cependant, malgré la suspension de son assistance, la Banque mondiale affirme dans le même communiqué être disposée et déterminée à aider la RDC à fournir une énergie abordable et fiable à sa population.

 

 

Alain Okpeitcha (Stagiaire) – Agence Ecofin

 

Articles similaires