A rebours des résultats atones de l’Europe, la croissance africaine devrait dépasser les 5-6% en 2015-2016. En 2050, le continent africain représentera aussi un quart de la population mondiale. Difficile donc d’ignorer les opportunités à venir, surtout pour les francophones. Mais les menaces –terrorisme, guerres, épidémie –sont elles aussi bien réelles. Reste à savoir où placer le curseur entre risque et investissement.

 

Angola

Carte-Angola

 

Taux de croissance : 4,2%

Taux de chômage 2013 :6,8%

Nombre d’expatriés français : 1768

 

Après 27 ans de guerre, le pays se reconstruit, mais la croissance est tirée par la manne pétrolière. Le gouvernement a donc décidé de diversifier l’économie. « Un plan de de développement autour de 400 projets structurants a été lancé en 2013, rapporte Axel Baroux, Directeur du réseau international de Business France. Il concerne les secteurs de l’énergie de l’eau, du transport et de la santé. » La classe moyenne représente 15% de la population et elle est en pleine expansion. « C’est l’un des pays où l’on s’attend, dans les prochaines années, à des retours sur investissements très élevés, résume le Directeur de Business France.

La France est le deuxième investisseur étranger les États-Unis. Elle est donc bien positionnée. »

 

 

L’Afrique du Sud

africmap 

Taux de croissance : 1,3%

Taux de chômage : 25,2%

Nombre d’expatriés français : 7629

 

Malgré un taux de chômage élevé qui touche massivement la population noire, le pays est toujours considéré comme le Géant de l’Afrique. Grâce à son économie mature qui représente un quart du PIB du continent et d’excellents réseaux de distribution, l’Afrique du Sud est une très bonne porte d’entrée pour dans la zone. Deux cent quatre-vingts entreprises françaises y ont implantées une filiale et quelque 400 entrepreneurs expatriés y ont créé leur entreprise. Autre atout de poids : la qualité de vie. Selon la dernière étude Expat Explorer de HSBC-et malgré une vigilance constante nécessaire sur la question de la sécurité –le pays arrive en deuxième position des meilleures destinations pour s’expatrier en famille.

 

Le Kenya

Carte-Kenya 

Taux de croissance : 5,3%

Taux de chômage 2013 : 9,2%

Nombre d’expatriés français : 1493

 

Point d’entrée idéal sur l’Afrique de l’Est, le pays est la première économie de la zone. « Il bénéficie d’activités modernes et diversifiées, souligne Axel Baroux de Business France. Mais les entreprises françaises ont pris du retard dans la région. » Les opportunités sont pourtant de taille puisqu’elle compte près de 5 millions de personnes aisées, utilisatrices de produits cosmétiques de luxe, par exemple. La consommation privée, en lien avec l’essor d’une classe moyenne, reste le principal moteur de la croissance. « Pour se lancer dans les affaires au Kenya, il faut évidemment maîtriser l’anglais, mais aussi être conscient que le marché est très compétitif avec la présence anglaise, et surtout indienne et chinoise », conclut le spécialiste.

 

 

Source : Challenge

Articles similaires