Le Sénégal a débuté, ce vendredi 30 octobre 2015, son opération d’appel publique à l’épargne visant à mobiliser 50 milliards de FCFA sur le marché financier de l’UEMOA. « Sur l’exercice 2015, après une série d’interventions sur le marché monétaire, l’Etat du Sénégal compte clôturer l’année sur une levée de fonds sur le marché financier régional de la BRVM (Bourse Régionale des Valeurs Mobilières) », peut-on lire dans la note d’information de l’opération.

 

Les investisseurs intéressés par cette offre, auront jusqu’au 20 novembre 2015 pour effectuer des souscriptions dans le cadre de cette opération qui est assortie d’un taux de 6,30%, pour une maturité de 10 ans, avec une année de différé. Par ailleurs, si les obligations ne seront pas imposables au Sénégal, les intérêts payés seront soumis à l’impôt sur les revenus des valeurs mobilières applicable dans les pays des différents investisseurs.

 

Les Société Générale d’Investissement, CGF Bourse et Impaxis Securities sont les arrangeurs et chefs de file de l’opération. A ce titre, elles se sont vues confiés la structuration et le placement de ces obligations. Toutefois, la plupart des sociétés de bourse opérant dans la zone UEMOA font partie du syndicat de placement.

 

Pour soutenir ses objectifs de croissance et financer son programme d’atteinte de l’émergence, le pays doit trouver des ressources afin de combler son déficit budgétaire, qui, en 2015, est prévu à 396 milliards de FCFA. Mais le Sénégal se défend des notations plutôt encourageantes de son profil crédit, attribuées par les agence Standard & Poors et Moody’s.

 

Le pays a déjà mobilisé cette année 2015 près de 421,07 milliards de FCFA sur le marché monétaire de l’UEMOA, dans le cadre d’émission de papiers, qui ont fait l’objet de près de 200% de souscription. Par ailleurs, cet appel publique à l’épargne est le 8ème depuis 2005. Le Sénégal a déjà ainsi mobilisé, par ce mécanisme, un total de 550,8 milliards de FCFA dont 100 milliards via l’émission de titres Sukuk (compatibles avec les règles de l’Islam).

 

 

Idriss Linge

Articles similaires