Les signes de faiblesse que donnent les marchés émergents inquiètent au plus haut niveau les investisseurs. Durant les 13 derniers mois (1er juillet 2014-31 juillet 2015), 940 milliards de dollars ont été ainsi retirés de ces marchés, selon les données de NN Investment Partners, une banque d’investissement basée à La Haye.

Ce montant représente presque le double des 480 milliards qui ont été retirés des marchés durant trois trimestres lors de la crise financière 2008/2009, a-t-on ajouté de même source.

Selon les analystes, les sorties des capitaux des marchés émergents pourraient s’accélérer dans les mois à venir, en raison de la récente dévaluation du yuan chinois et de la hausse attendue des taux de la Réserve fédérale américaine.

 

La crainte d’un atterrissage brutal de l’économie chinoise, qui viendrait démentir le scénario de stabilisation graduelle, privilégié il y a encore quelques mois, et la perspective d’un relèvement prochain des taux d’intérêt américains ne sont pas les seuls risques qui inquiètent les investisseurs.

 

Plusieurs autres pays émergents, dont le Brésil, la Turquie, la Russie et la Malaisie sont aux prises avec d’énormes problèmes économiques et politiques. Le ringgit malaisien, par exemple, a reculé le 12 août à son plus bas niveau en 17 ans face au dollar, franchissant la barre des 4 ringgits, pénalisé par les inquiétudes entourant la croissance économique du pays et les incertitudes politiques liées à un scandale financier qui éclabousse le gouvernement.

 

 

Source : Agence Ecofin

 

Articles similaires