EBOLA. L’épidémie ralentit en Afrique de l’Ouest, mais ses conséquences sur la production agricole et la sécurité alimentaire risquent d’être douloureuses.

Le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, s’est félicité en janvier dernier du net ralentissement de la propagation de la maladie dans les trois pays les plus touchés par l’épidémie : Guinée, Libéria et Sierra Leone. Alors qu’en septembre 2014, le nombre de cas doublait toutes les trois à quatre semaines,