Le FMI a accordé au gouvernement du Ghana une facilité de crédit de 940 millions de dollars, étalée sur trois ans, afin de stabiliser l’économie et redresser des finances publiques à la dérive depuis 2010. Entre 2007 et 2013, la dette publique a doublé, atteignant 57 % du PIB en 2014.

Enfin, le déficit budgétaire est resté élevé, à 10 % entre 2013 et 2014. Principales conditions de ce programme : la mise en place de mesures d’austérité, dont la suppression du listing du personnel des fonctionnaires fantômes, et une collecte des impôts plus efficace. La croissance du PIB s’établira à 3,5 % en 2015 et oscillerait entre 5 % et 6 % en 2016 – 2017.

Afrique – Asie – Avril 2015 «Syrie. Le pari perdu de l’Occident », p. 74.

Articles similaires